08/09/2016

Loukia vendange chez Pépé...

ChrisLoukiaAout16.JPG



un immense plaisir, au démarrage des vendanges : Loukia, la petite fille de Christian (la fille de Nina) est passée voir son grand père dans la vigne. Il semble qu'elle apprécie fortement le raisin...moments d'émotion

17:46 Publié dans EN VIGNE, Vendanges | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

03/09/2016

Vendanges 2016... un révélateur de plus du changement climatique sur la Vallée de l’Agly

Contrairement aux prévisions optimistes des autorités agricole (DRAAF LRMP en juillet 2016) jugeant la prévision de récolte attendue « globalement satisfaisante », les premiers coups de sécateurs montrent une chute importante des rendements. QU’en est-il au Domaine Pons Gralet ?

P1010007.JPG



Manque de raisins, baies beaucoup plus petites sont les conséquences de ce que les spécialistes appellent le stress hydrique dû à une sécheresse provoquée par un manque de pluie depuis l’automne. A cela s’ajoute des conditions météorologiques difficiles de ce printemps : un rafraîchissement inattendu qui a retardé la maturation du raisin et nous a fait reporter les vendanges d’une dizaine de jours. La tramontane s’est aussi mise de la partie contribuant à nous enlever environ 10% de la récolte de maccabeu du Col de La Creu, battu par le vent violent à un moment où les tiges des grappes sont encore fragiles. A cela s’ajoute une coulure « classique » qui n’a pas épargné, cette année, le muscat gros grain et le grenache noir.

IMG_9696.JPGAu domaine nous avons démarré, en famille, jeudi 1er septembre par le muscat petits grains de « Riasol » sur le terroir de Tautavel. Des 5 hectolitres récoltés l’an dernier nous sommes passé à 2, 8 cette année. Juste de quoi fournir notre traditionnel « muscat de noël » à nos clients amateurs de ce breuvage si doux et si fruité à déguster au moment des fêtes de fin d’année. Il faudra renoncer à celui de l’été, le muscat à boire frais à l’apéro après une belle randonnée en montagne ou une journée plage et autour de la grillade catalane. La vendange 2015 ayant été plus généreuse nous pourrons en principe tenir jusqu’à l’été prochain.
Le raisin muscat, ramassé est très sain, il est aussi au degré convenable de 16° et fera donc un excellent produit.
C’est apparemment le lot de l’ensemble de notre récolte cette année que nous allons continuer à vendanger dans les jours à venir .

P1010004.JPG

Tout d’abord les blancs qui compte tenu de ce que j’ai dit plus haut, seront vite rentrés . Ils devraient nous permettre de sortir un « Pas de Roland » très fruité qui révèlera au fur et à mesure de la vinification ses arômes spécifiques d’agrumes et de fleurs blanches. Quant au « cairo blanc », notre muscat sec : assemblage du muscat d’Alexandrie (30%) et du vermentino (70%), nous devrons attendre pour savoir si les quantités seront suffisamment au rendez vous pour pouvoir le sortir cette année enore.
Les raisins pour le « Cairo rosé » vont être cueillis très vite, le degré sur la syrah est déjà là et les chaleurs de ces jours ci (des records au dessus de 30°) font gagner en degré tous les jours.
Enfin la vendange, commencera vraiment avec les rouges, à compter du 12 septembre. Les prévisions sont à la baisse bien sûr et notre plus grande inquiétude porte sur la vielle vigne de carrignan du Col de la Creu sur le terroir de schistes vraiment, asséché cette année. Les raisins peu nombreux du fait de l’encepage de cet hiver (une taille un peu plus importante rendue nécessaire pour l’entretien correct de cette vigne ancienne) associé au manque de pluie explique la faible récolte attendue. Ainsi le « Taurus » fleuron du Domaine, bouteille emblématique qui marque sa naissance en 2003 produira un millésime rare en 2016 !
Nous devrions rentrer une récolte convenable sur les autres rouges où les sols argilo calcaire préservent un peu plus les vignes du stress hydrique : « Cairo », « Clot de Saturne » et « Tautavel »
Quant aux autres vins doux naturels, ceux qui demandent un viellissement : le Rivesaltes Ambré et les Maury (Grenat et Tuilé), comme les anciens, nous leur consacrerons ce que pourra nous donner la nature cette année. En effet nous verrons ce qu’il peut nous rester, une fois, les cuves pleines pour les vins secs, compte tenu des avatars que nous avons connu sur le grenache noir des Planes et le Maccabeu du Col de la Bade.
Pour conclure : 2016 s’annonce comme un excellent (aucune trace de maladie) mais très faible millésime dans toute la gamme de nos vins. Encore une magnifique illustration du paradoxe viticole de cette Vallée de l’Agly : toujours plus performante en qualité et arôme mais toujours plus fragile dans ses rendements.
Hélène Pons Gralet, 3 septembre 2016

17:04 Publié dans EN VIGNE, Vendanges | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

13/09/2014

Une colle bien sympathique pour les vendanges 2014

P1010024.JPG

Une année bien étrange au regard des aléas climatiques d’un été étonnement peu sec et une arrière saison où les températures dans la journée atteignent des degrés record à plus de 30 !
Du coup jusque là on se réjouïssait d’un niveau d’alcool moindre que d’habitude. Les blancs, rosé, muscat petit grain seront de cette facture avec en plus des arômes de fruits inégalés car bien conservés par l’humidité ambiante. Mais sur les rouges, la grosse chaleur commence à accelérer la maturation. Cependant la charge importante cette année rend plus imprévisible la date de cueillette. Alors on prélève, on observe, on échaffaude des plans de vendange tous les jours différents…Une année bien intense en émotion, en attente…

P1010242.JPG

Comme tous les ans, au Domaine Pons Gralet on teste des machines nouvelles pour améliorer la qualité de nos jus. Cette année fouloir, tapis et table de tri ont fait leur apparition. Le fouloir est un petit usinage de 50 cm sur 40. Une toute petite « chose » qui s’ajuste en dessous du pressoir et dont l’utilité est de bien couper toutes les baies avant leur mise en cuve. L’objectif est d’avoir un jus d’égale consistance, sans baies qui éclatent par étape. Ainsi les fermentations sont plus homogènes et plus rapides également…Mais à l’usage ce genre d’appareil révèle toutes ses subtilités matérielles et aux 5600 euros du fouloir d’origine, il faut maintenant ajouter 1500 euros d’une pièce qui permet de moduler le tranchage des baies selon leur densité, leur grosseur etc…

P1010239.JPG

En effet, le grenache de cette année présente la caractéristique d’être particulièrement dodu et dense . Il génère alors, un embouteillage dans le fouloir qui diminue d’autant la fonctionnalité de celui-ci. Une pièce supplémentaire permettra d’adapter l’engin au différent type de raisin. Fallait y penser !!! et surtout le prévoir dans le budget.

P1010268.JPG


Quant à la table de tri elle est le résultat de l’ingéniosité de Stéphane qui fait à nouveau des miracles en nous confectionnant avec du matériel de récupération, la structure nécessaire. C’est ainsi que l’on a pu voir Morgane et Audrey trier le grenache pour enlever les feuilles qui pourraient se mêler à la vendange et surtout réguler par la même, le flux du raisin qui accède au pressoir.

P1010022.JPG

Présentons maintenant toutes ces petites mains et grandes « manasses » qui collaborent à ce moment si intense de la vendange. Comme l’an dernier José Rafaël, le gendre a bien voulu prêter son dos à la hotte et arpente vaillamment, les coteaux de nos vignes, d’un pas beaucoup plus assuré cette année. Sa maîtrise du français lui permet aussi cette année de prendre toute sa place dans la distribution de quolibets, blagues et autres « mise en boite », qui fusent tout au long d’une journée de cueillette entre les rangées. P1010252.JPGSimon, le neveu est là aussi qui prend aussi ses marques d’année en année et rajoute la corvée essentielle du nettoyage en cave, à celui du ramassage des raisins. Enfin le moment de la vendange ne serait pas ce qu’il est au Domaine Pons Gralet sans la présence de Michel qui y occupe sa place de plus ancien . P1010137.JPGParmi les nouveaux Morgane, la catalane , un temps « exilée » à Lilles pour l’éducation nationale et qui tentée par un retour à la terre nous a contacté. P1010157.JPGEnfin le couple de faux « belges » Elena et Renaud, deux artistes français, travaillant dans le pays de Brel et qui partagent avec nous ce moment si particulier de la vendange jusqu’à leur retour à Bruxelle.

P1010145.JPG


L’ambiance est agréable dans la « colle » et tous ces jeunes poursuivent leur conversation, en fin de journée au café chez William ou autour d’un barbecue au camping de Latour où certain d’entre eux ont élu domicile le temps de la cueillette.
P1010031.JPG

19:29 Publié dans EN VIGNE, Vendanges | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |