13/09/2014

Une colle bien sympathique pour les vendanges 2014

P1010024.JPG

Une année bien étrange au regard des aléas climatiques d’un été étonnement peu sec et une arrière saison où les températures dans la journée atteignent des degrés record à plus de 30 !
Du coup jusque là on se réjouïssait d’un niveau d’alcool moindre que d’habitude. Les blancs, rosé, muscat petit grain seront de cette facture avec en plus des arômes de fruits inégalés car bien conservés par l’humidité ambiante. Mais sur les rouges, la grosse chaleur commence à accelérer la maturation. Cependant la charge importante cette année rend plus imprévisible la date de cueillette. Alors on prélève, on observe, on échaffaude des plans de vendange tous les jours différents…Une année bien intense en émotion, en attente…

P1010242.JPG

Comme tous les ans, au Domaine Pons Gralet on teste des machines nouvelles pour améliorer la qualité de nos jus. Cette année fouloir, tapis et table de tri ont fait leur apparition. Le fouloir est un petit usinage de 50 cm sur 40. Une toute petite « chose » qui s’ajuste en dessous du pressoir et dont l’utilité est de bien couper toutes les baies avant leur mise en cuve. L’objectif est d’avoir un jus d’égale consistance, sans baies qui éclatent par étape. Ainsi les fermentations sont plus homogènes et plus rapides également…Mais à l’usage ce genre d’appareil révèle toutes ses subtilités matérielles et aux 5600 euros du fouloir d’origine, il faut maintenant ajouter 1500 euros d’une pièce qui permet de moduler le tranchage des baies selon leur densité, leur grosseur etc…

P1010239.JPG

En effet, le grenache de cette année présente la caractéristique d’être particulièrement dodu et dense . Il génère alors, un embouteillage dans le fouloir qui diminue d’autant la fonctionnalité de celui-ci. Une pièce supplémentaire permettra d’adapter l’engin au différent type de raisin. Fallait y penser !!! et surtout le prévoir dans le budget.

P1010268.JPG


Quant à la table de tri elle est le résultat de l’ingéniosité de Stéphane qui fait à nouveau des miracles en nous confectionnant avec du matériel de récupération, la structure nécessaire. C’est ainsi que l’on a pu voir Morgane et Audrey trier le grenache pour enlever les feuilles qui pourraient se mêler à la vendange et surtout réguler par la même, le flux du raisin qui accède au pressoir.

P1010022.JPG

Présentons maintenant toutes ces petites mains et grandes « manasses » qui collaborent à ce moment si intense de la vendange. Comme l’an dernier José Rafaël, le gendre a bien voulu prêter son dos à la hotte et arpente vaillamment, les coteaux de nos vignes, d’un pas beaucoup plus assuré cette année. Sa maîtrise du français lui permet aussi cette année de prendre toute sa place dans la distribution de quolibets, blagues et autres « mise en boite », qui fusent tout au long d’une journée de cueillette entre les rangées. P1010252.JPGSimon, le neveu est là aussi qui prend aussi ses marques d’année en année et rajoute la corvée essentielle du nettoyage en cave, à celui du ramassage des raisins. Enfin le moment de la vendange ne serait pas ce qu’il est au Domaine Pons Gralet sans la présence de Michel qui y occupe sa place de plus ancien . P1010137.JPGParmi les nouveaux Morgane, la catalane , un temps « exilée » à Lilles pour l’éducation nationale et qui tentée par un retour à la terre nous a contacté. P1010157.JPGEnfin le couple de faux « belges » Elena et Renaud, deux artistes français, travaillant dans le pays de Brel et qui partagent avec nous ce moment si particulier de la vendange jusqu’à leur retour à Bruxelle.

P1010145.JPG


L’ambiance est agréable dans la « colle » et tous ces jeunes poursuivent leur conversation, en fin de journée au café chez William ou autour d’un barbecue au camping de Latour où certain d’entre eux ont élu domicile le temps de la cueillette.
P1010031.JPG

19:29 Publié dans EN VIGNE, Vendanges | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.